Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

Les types de traces qu'un criminel peut laisser derrière lui

Pour ce nouveau poste, nous allons étudier de plus près une application particulièrement intéressante de la biométrie: la reconnaissance des traces papillaires sur une scène de crime

Crime scene_biometrics.jpg

Sur une scène de crime ou d’un cambriolage, pour identifier l’auteur des faits, on pense d’abord aux empreintes digitales. Mais comment sont-elles relevées? Permettent-elles d'identifier une personne avec certitude? 

 

 

Lors d’un vol, de nombreux objets, meubles et murs sont touchés, frôlés. Bien souvent le délinquant pense à porter des gants pour ne laisser aucune trace derrière lui, mais ce n’est pas toujours le cas. Sans compter qu’un cheveu, une peau morte, un cil… sont autant d’indices pour la police. C'est pourquoi la police scientifique, lors de son passage sur la "crime scene", collecte un maximum de traces pouvant identifier le criminel. Parmi ces indices on peut trouver des morceaux de tissus, des résidus naturels (traces de boues laissées par des semelles de chaussures), du sang, des traces d'empreintes digitales, de la salive...

Ce qui va nous intéresser ici sont les traces d'origine physique, car l'analyse de celles-ci se fera grâces à des techniques de reconnaissance biométrique. En effet, la biométrie, technologie en progrès constant, est aujourd'hui un outil crucial dans le domaine de la criminologie. Elle permet d'identifier un individu grâce aux caractéristiques physiques qui lui sont propres, comme les empreintes digitales, l'iris de l’œil ou la forme du visage. 

Dans cet article, j’ai voulu me concentrer sur les "traces papillaires": elles sont laissées par les parties charnues du corps, comme la peau et les muqueuses. Une trace papillaire souvent étudiée est celle laissée par les empreintes digitales, et unique à chaque individu (même pour les jumeaux identiques). Il y a trois types de traces papillaires: les traces papillaires dites « visibles », les traces "latentes", et les traces "moulées". 

 

Les traces digitales visibles peuvent être observées à l’œil nu. Il peut s'agir d'un dépôt de matière comme du sang ou une substance grasse (trace dite "positive") ou au contraire d'un enlèvement de matière, par exemple si une trace de doigt apparaît sur un meuble poussiéreux (trace "négative"). Ces traces visibles sont alors directement photographiées par les policiers.

Les traces digitales latentes sont quant à elles invisibles à l’œil nu. C'est le cas d'un dépôt de sueur par exemple, qui devrait alors être observé à l'aide d'un éclairage spécial. Ces types de traces peuvent être révélées grâce à différentes techniques, comme la vaporisation de cyanoacrylate, le bain de ninhydrine ou encore l'utilisation de la poudre dactyloscopique (voir photo). 

                                                Poudre dactyloscopique_biométrie.jpg

Les traces moulées, sont le résultat en 3D d'une pression exercée sur une matière malléable, comme le feraient des doigts sur la cire d'une bougie ou la plante des pieds sur un sol terreux. Ces traces, visibles à l’œil nu, sur relevées par moulage.

 

Caractéristiques des empreintes digitales:

Les empreintes digitales (des doigts, des pieds) sont très souvent utilisées parce qu'elles présentent de nombreux avantages, notamment celui d'être uniques, permettant d'identifier une personne avec certitude. Même des jumeaux monozygotes ne possèdent pas les mêmes empreintes (ils partagent par ailleurs la même ADN).  Le dessin de nos empreintes digitales est également immuable, il ne se modifie pas avec le temps, et ce de notre formation intra-utérine à notre mort.

Enfin les empreintes sont inaltérable, car elles trouvent leur origine dans les couches profondes du derme. En cas de destruction superficielle (par exemple une brûlure légère), elles se reconstruisent à l'identique lors de la cicatrisation. En revanche, des destructions profondes du derme ou une maladie de la peau peuvent entraîner une destruction irréversible des empreintes (mais jamais les déformer ou en créer des différentes). Pour pallier à ce problème, on prend les empreintes des dix doigts des individus suspects ou ayant un passé criminel.

 

Les avantages:

-    Les empreintes sont associées à un seul individu, tout au long de sa vie. 

-    Les systèmes d'identification élaborés aujourd'hui par les entreprises spécialisées dans la sécurité, au service des gouvernement et/ou de la police, s'appuient sur la biométrie pour reconnaître un individu. Ces systèmes enregistrent les données biométriques des personnes et reconnaissent immédiatement la présence de doublons (par exemple, la société Semlex, spécialiste des documents d'identité biométrique, a dévéloppé un système de collecte des données biométriques en réseaux).

-    Les techniques révélation s'améliorant, on peut aujourd'hui relever des empreinte papillaires sur des supports plus "difficiles" comme le papier, le bois et la peau. 

 

N'hésitez pas à laisser votre avis sur cet article! Celui-ci donne un aperçu des traces papillaires, et ne constitue en aucun cas un compte rendu scientifique. 

 

Sources

"Les types de traces", Police Scientifique, http://www.police-scientifique.com/empreintes-digitales/caracteristiques.

"Identification et authentification", Semlex Group, http://www.semlex.com/semlex-group/.

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.